image
Bacs sur le forum: 1179        Especes referencées: 974        Membres qui ont rempli leur gestion des bacs: 641
Rechercher
Recherche avancée

Le forum Malawi

Cichlidés du Malawi et leur maintenance en aquarium

Fiches mbunas et Haplos

Guest Announcements

Image Image Image Image

Conservatoire des espèces:
Pourquoi ?

Notre hobby est de plus en plus menacé pour différentes raisons :

- Disparition ou raréfaction de certaines espèces dans le milieu naturel (par ex: Ps. saulosi, Ps. demasoni, A. baenschi, A. sp. mamelela, M. chipokae, M. cyaenorhabdos . . . à cause de la pêche pour le hobby aquariophile ou A. kandeense, C. sp. 'virginalis Gold', Copadichromis pleurostigma . . . à cause de la pêche alimentaire).

- Plus d'importations de certains lieux géographiques(par ex: les côtes du Mozambique ou la réserve de Cape Maclear) et disparition de ces espèces du circuit cichlidophile.

- Volonté des écologistes allemands d'interdire toute importation d'animaux sauvages. Si cette loi passe en Allemagne, elle ne tardera pas à être étendue à l'entièreté de la Communauté Européenne.

- Introduction de plus en plus massive de cichlidés élevés en Asie. Leur qualité est des plus discutables et pollue la qualité de nos cichlidés.

De nombreux cichlidophiles maintiennent des souches de cichlidés d'excellentes origine et qualité, mais trop souvent, les géniteurs meurent, les reproductions sont dispersées et, tout doucement, l'espèce disparaît du hobby (Voyez-vous encore beaucoup de Ps. saulosi dans les bourses ou chez les particuliers ?).

Comment ?

Le but de ce conservatoire est de recenser les cichlidophiles maintenant des cichlidés d'origine confirmée de souches sauvages et/ou F1 dont l'avenir dans notre hobby est menacé, de les mettre en contact et d'éviter une trop forte consanguinité.

Chaque espèce traitée dans ce conservatoire se verra assigner un "curateur" qui suivra les souches, organisera les échanges de mâles entre les différents "conservateurs", centralisera et communiquera les informations . . .

Qui ?

Toute personne se sentant concernée par le maintien de notre hobby et la préservation des cichlidés.

WE CANNOT SAVE THEM ALL, BUT EACH OF US CAN SAVE ONE!

Paul Loiselle


Plus d'info ici: conservatoire-des-especes.html
conservatoire-des-especes.html

Maylandia estherae Minos Reef

Maylandia estherae Minos Reef

Messagede anthony85 » Lun 23 Mai 2011 20:00

Maylandia estherae Minos Reef


Maylandia estherae Minos Reef
http://www.malawicichlides.fr/imagesUploaded/251_530e381dd7c57.jpgGenre : Maylandia
Espèce : estherae
Localité : Minos Reef

Classe uicn : Image Vulnérable
Historique de taxonomie et synonymes : Pseudotropheus estherae, Konings, 1995
Maylandia estherae, Schraml, 1998
Maylandia estherae, Konings, 2001

Biotope : Malawi
Image

Auteur de la fiche : anthony85

Description :
Le nom de l’espèce(estherae) a été donné en l 'honneur de Esther Grant, épouse de Stuart Grant, qui a contribué à l'obtention de l'autorisation de pêche dans les eaux du Mozambique après l'ouverture du pays aux visiteurs et lorsque les échantillons ont été prélevés pour la description.

En milieu naturel le mâle ne dépasse pas 11cm, la femelle 9cm(pour la variété de Minos Reef). Une taille qui a évolué jusqu’à 15cm en aquarium avec les spécimens d'élevage.
Il existe aussi une variété dite "dwarf"(naine) chez le Maylandia estherae, celle ci est pêchée dans la baie de Chiofu et Masinje.

Les mâles sont caractérisés par une coloration bleu clair , il n'y a pas de grandes barres verticales visibles sur le corps ce qui distingue cette espèce de la plupart des autres membres du genre. Le nombre d'ocelles (sur la nageoire anale) est important, de plus on en retrouve aussi dans la nageoire dorsale.
Les mâles peuvent aussi, bien que plus rarement, être de forme O (orange rosé) et MC (tachetés de orange bleu et noir). Les femelles peuvent être marron , OB (orange tachetées) ou de forme O(orange).
Les femelles de forme O sont nettement plus courantes que celles de forme normale ou OB.
Il semblerait par ailleurs que les mâles de forme O ne soient présents qu'a Minos Reef.
Les portées qui naissent d'un mâle bleu et d'une femelle O sont sexables dès la naissance, les petits sont gris/noir pour les mâles et blanc/beige pour les femelles.

Ad Konings a observé à Minos Reef des roches couvertes d'algues rouge pourpre. A la saison des pluies, en juin, ces algues prolifèrent. C'est à cette même période qu'on observe dans le lac les femelles Maylandia estherae avec une couleur rouge-orange plus intense. La présence de ces algues à Minos Reef expliquerait l'intensité de la couleur des femelles.

On retrouve l'estherae de Metangula à Meluluca, Chilucha Reef, Minos Reef, N'nosi Reef, Meponda, Chiloelo, Ukhungu Reef et Nkhungu Reef (synonymes?), Chilucha Reef, Gome Rocks, Chiofu Bay et Masinje. La variété dont on parle est pêchée a Minos reef.

Une espèce proche, a ne pas confondre, est le Maylandia callainos, chez celle ci les mâles de forme BB(bleu) ressemblent fortement aux mâles estherae.
On pourra cependant les différencier par la présence d'ocelles dans la dorsale chez l'estherae que l'on ne retrouve pas chez le callainos.


Habitat :
À Minos Reef le fond est peu profond, il n'est pas rare de trouver les individus non territoriaux parmi les petits rochers qui recouvrent le substrat sablonneux.
Les mâles territoriaux sont, eux, toujours retrouvés près des grandes formations rocheuses. Ils y défendent une grotte contre tout intrus s'en approchant.



Comportement alimentaire en milieu sauvage :
Comme tous les membres du genre, Maylandia estherae se nourrit d'algues lâches qui sont peignés sur la surface de l'habitat rocheux.
La nourriture est obtenue par pression sur le substrat avec la bouche complètement ouverte qui est ensuite fermée au contact. Il se nourrit également de plancton.

Comportement alimentaire en captivité :
En aquarium, il s'adaptera aux nourritures en paillettes ou granulés a base végétale.

Reproduction :
Le mâle dirige la femelle vers son territoire(grotte parmi les rochers) après l'avoir courtisé. Le frai a lieu dans une grotte, généralement invisible de l’extérieur. Les femelles, durant l'incubation, sont solitaires et se cachent dans l'habitat rocheux.
Au bout d'une durée moyenne de 21jours les petits seront relâcher dans l'habitat.
L’espèce est assez fertile et les portées peuvent atteindre une quarantaine d'alevins.

Lieu de ponte :
Dans une grotte.

Type de reproduction :
Incubation buccale maternelle

Taille minimum de l'aquarium :
minimum 300l pour ce membre du complexe zebra.

Lien vers notre galerie :
gallery/album.php?album_id=29

Bibliographie :
cichlid room companion
Ad Konings book of cichlid and all others fishes of lake malawi
Ad Konings : les cichlidés du malawi 4eme édition

Risques d'hybridation élevés avec :

  • Maylandia callainos Lupingu
  • Maylandia callainos Chitande Island
  • Maylandia estherae Chiofu
  • Maylandia callainos Makonde
  • Maylandia mbenjii Mbenji Island
  • Maylandia greshakei Makokola Reef
  • Maylandia callainos Tumbi Reef
  • Maylandia zebra Chizumulu Island

Mâles adultes dominant
Femelles adultes
Mâles adultes dominés
Subadultes
Dernière édition par anthony85 le Mer 27 Avr 2016 10:44, édité 1 fois.
Raison: Mise à jour de la fiche
Avatar de l’utilisateur
anthony85
 
Messages: 3663
Images: 1
Inscription: Mar 24 Avr 2012 20:24

Mes bacs:
Malawi fishroom 6000lL
Localisation: bretignolles sur mer

Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Did35 » Dim 9 Oct 2011 22:06

Je n'ai pas que des Haplos: :moque:

Alors Maylandia ou Metriaclima?

Image

Mâle bleu


Image

Mâle marmelade cat


Image

Femelle OB

Me manque des femelles O qui sont bien jolies
Avatar de l’utilisateur
Did35
Admin
 
Messages: 3575
Images: 89
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:52

Mes bacs:
Malawi Fishroom -19000lL
Localisation: Thorigne-Fouillard 35235

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede cedric37 » Dim 9 Oct 2011 22:09

Maylandia est valide :mrgreen:
Image
Avatar de l’utilisateur
cedric37
 
Messages: 3577
Images: 567
Inscription: Lun 23 Mai 2011 21:13
Localisation: 37150 chisseaux

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Mer 9 Nov 2011 08:56

mon M/C qui vien de me faire une 30aine de petits avec une femelle sauvage :clap:


Image


Image


Image
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Cyrille19 » Jeu 10 Nov 2011 07:29

La femelle OB est vraiment :shock:
Avatar de l’utilisateur
Cyrille19
 
Messages: 104
Images: 0
Inscription: Sam 6 Aoû 2011 08:55

Mes bacs:
Malawi 240L
Malawi 450L

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede nicopong24 » Jeu 10 Nov 2011 18:42

Did35 a écrit:Alors Maylandia ou Metriaclima?

D'après ce que j'en ai compris, c'est Konings qui essaie de faire le forcing pour que ce soit Metriaclima mais les scientifiques ne sont pas d'accord et valident Maylandia, comme sur le site d'Eschmeyer avec l'académie de sciences de Californie, ils valident bien Maylandia après que metriaclima ait été valide.
http://research.calacademy.org/redirect ... /index.asp
"Il est difficile de juger de l'intelligence de quelqu'un qui a beaucoup lu car la mémoire imite à merveille l'intelligence" Emile Chartier, dit Alain.
Avatar de l’utilisateur
nicopong24
Admin
 
Messages: 8603
Images: 3
Inscription: Mar 24 Mai 2011 19:56

Mes bacs:
Malawi fishroom 3500L
Localisation: Chateau L Eveque 24460

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede lionel » Jeu 10 Nov 2011 19:01

Le problème d'Eschemeyer, c'est que dès qu'il y a description il le mets sur son site .
Ce qu'il a fait lorsque konings a proposé Metriaclima, mais cette appellation a été invalidé Maylandia ayant la priorité , un problème de date
"Faites le bien, par petits bouts,là ou vous êtes;
Car ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde"
Desmond Tutu
Avatar de l’utilisateur
lionel
 
Messages: 8800
Images: 157
Inscription: Lun 23 Mai 2011 18:54

Mes bacs:
Malawi 450lL
Localisation: 69360 Ternay

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Did35 » Ven 11 Nov 2011 10:23

lionel a écrit:Le problème d'Eschemeyer, c'est que dès qu'il y a description il le mets sur son site .
Ce qu'il a fait lorsque konings a proposé Metriaclima, mais cette appellation a été invalidé Maylandia ayant la priorité , un problème de date



Pas simple tout ça.

Qui a invalidé?
En quoi Eschemeyer aurait-il raison par rapport à Konings? ou l'inverse?
- Si on admet qu'il s'agit seulement d'un problème d'antériorité je crois que la règle est de retenir Maylandia?
- Si le genre a été (re)décrit avec des critères suffisamment pertinents il est possible que Metriaclima soit retenu?

Il nous faudrait un taxi(o)nomiste pour éclaircir cela. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Did35
Admin
 
Messages: 3575
Images: 89
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:52

Mes bacs:
Malawi Fishroom -19000lL
Localisation: Thorigne-Fouillard 35235

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede lionel » Ven 11 Nov 2011 10:46

Réponse à KONINGS, A. : Maylandia ou Metriaclima… encore. Revue française des Cichlidophiles N°250, Juin - 7-13

par Monsieur le Professeur Jacques Géry.

Récemment, Konings (2005) a tenté de démontrer, en se fondant sur des citations du Code et de la littérature récente, que le nom Maylandia, qui désigne depuis 1984 un sous-genre de Mbunas (famille des Cichlidae) du Lac Malawi, était indisponible, en dépit des arguments de Condé & Géry (1999). Quelques-unes de ces citations sont reproduites ci-après (entre guillemets), accompagnées de commentaires qui montrent qu'elles sont biaisées parfois inventées et scientifiquement inacceptables. En conséquence la disponibilité de Maylandia est maintenue, sa description originale étant conforme en tous points aux dispositions du Cade International de la Nomenclature zoologique.

Commentaires sur les citations de Konings

(1) « Ces règles, le Code International de Nomenclature Zoologique, ou en abrégé, le Code, ont été établies en 1962 et elles s'appliquent aux descriptions publiées après le premier janvier 1930 »
Commentaires :en réalité, le Code actuel est fondé sur des améliorations successives du premier code de la British Association for the Advancement of Science (dit le Code Strickland de 1842), puis des International Rules of Zoological Nomenclature adoptées par le 5é Congrés de Zoologie de Berlin en 1901, qui avait déjà 41 articles, suivis d'un grand nombre d'Opinions de la Comission Internationale, avec 4 changements importants jusqu'à l'édition du Code à laquelle il est fait allusion par Konings sous le nom de « première édition du Code ». Celle-ci est officiellement datée de 1961 et non de 1962 ; elle a été suivie de 3 éditions, respectivement en 1964, en février 1985 (très augmentée) et la dernière il y a dix ans. Toutes ces éditions considèrent que la nomenclature a pour point de départ le premier janvier 1758 (début de la nomenclature binominale instaurée par Linné dans sa 10e édition du Règne Animal) et non pas, bien entendu, le premier janvier 1930. I1 est aberrant d'affirmer que "tout ce qui a été décrit avant cette date n'est pas soumis à ces règles". 1930 est la date limite qui concerne la date à partir de laquelle les taxa fondés sur le travail des animaux actuels n'entrent plus dans la nomenclature, une catégorie mineure par rapport à l'ensemble du code, mais la décision importante concernant cette date a été prise au Congrès de Budapest de 1927 qui a décrété que, après le 31 décembre 1930, un taxon nouveau devait être défini par un ensemble de caractères le distinguant des taxa voisins, et que pour tout genre nouveau une espèce-type devait être désignée. Ces deux provisions concernent tout particulièrement la présente discussion.

(2) « Au moment de la publication, la version actuelle du Code doit être appliquée, mais si la validité d'une description est contestée beaucoup plus tard, nous devons aussi prendre en considération les règles qui sont en vigueur à ce moment ultérieur ». Commentaires: il s'agit d'une pure invention, qui ne figure nulle part dans le Code, étant en contradiction avec la règle fondamentale de la stabilité de la Nomenclature. Le Code se borne à rappeler que sa validité démarre le jour indiqué par
l’imprimeur pour l'édition définitive en question, et qu'on ne doit tenir aucun compte des conclusions provisoires (généralement issues des discussions du Congrès précédent et communiquées sur demande sous forme photocopiée). Dans le cas de Maylandia, la description originale est datée du 20 mars 1984 et réputée dater au plus tard du dernier jour de 1984. La troisième édition du Code étant datée de février 1985, la seule référence valable est donc la deuxième édition du Code, réputée de janvier i964. Condé & Géry sont bien entendu dans l'erreur quand ils invoquent l'article 13c qui n'existait pas en 1964.

(3) Quant à l'article 13a du Code, il est cité de façon biaisée, et ceci est incompréhensible puisque tout un chacun peut se reporter au texte officiel. Selon Konings :
« Article 13a : Conditions. Pour être disponible, tout nouveau nom scientifique publié après 1930 doit satisfaire aux dispositions de l'article 11 [orthographe correcte], et doit être accompagné d'une description ou définition qui stipule explicitement [et non pas en les déduisant du texte] les caractères présentés pour différencier le taxon ».
Commentaires: le vrai article 13a de 1964 (l'article 3a de 1965 ne diffère d'ailleurs pas dans son essence) stipule : « Article 13. Noms publiés après 1930.
(a) Noms en général. Un nom publié après 1930 doit satisfaire aux dispositions de l'article 11 et également être, soit
(i) accompagné d'un énoncé destiné à exposer les caractères différenciant le taxon; soit
(ii) accompagné d'une référence bibliographique précise à un tel énoncé; soit
(iii) expressément proposé pour remplacer un nom utilisable existant »
Le texte original diffère de la prétendue citation. Si le nom publié peut n'être accompagné que ("soit") d'une référence bibliographique (ii), la parenthèse de Konings : "et non pas en les déduisant du texte" n'est pas à sa place, et de tels procédés ne sont pas scientifiquement admissibles.

(4) « Nous sommes certains que les auteurs connaissaient cette description (de Tropheops Trewavas) et auraient dû différencier également leur Maylandia de Tropheops ». Commentaires : cette critique montre une méconnaissance des fondements de la Nomenclature, La description de Maylandia étant contemporaine de celle de Tropheops (même revue, même numéro), les deux taxa sont « nés » en même temps et n'ont acquis leur disponibilité que le jour de leur parution. Même s'il était conforme à l'éthique de dévoiler le travail d'un collègue (au risque de lui voler la priorité si par malheur la revue avait dû surseoir à sa parution), on ne peut comparer quelque chose avec rien. Le problème n'est ici pas nomenclatorial, mais systématique. Une comparaison était certes envisageable, sous la: forme « Miss Trewavas nous a aimablement communiqué les données d'un nouveau taxon en cours d'étude (l'éditeur citera ici au dernier moment la référence), qui diffère de Maylandia n.sg. par les caractères suivants... » Mais le Code ne réclame qu'une diagnose, pas une diagnose différentielle.

(5) "Le second argument de Condé et Géry concerne les « descriptions combinées » ».

Commentaires: Condé & Géry (1999) font, par une erreur regrettable, allusion au paragraphe 13c inclus dans la troisième édition du Code, sous la forme « Il (Maylandia) est caractérisé non seulement par son espèce-type (ce qui serait suffisant d'après l'article 13c), mais par une description de caractères génériques »..., sans mentionner les mots descriptions combinées. Cette incidente, émise en passant, n'était pas considérée comme un « second argument », comme le contexte le montre nettement. La discussion qui suit, qui s'applique à du vide, contient aussi une erreur en ce qui concerne le sous-genre, qui fait partie du groupe-genre : il n'a rien de spécial par rapport au genre et obéit aux mêmes règles nomenclatoriales.

(6) La conclusion de cette discussion : « C'est pourquoi l'argument de Condé et Géry selon lequel l'article 13c (description combinée) seul est suffisant pour valider le nom Maylandia est erroné » résulte d'une lecture approximative. En français, le conditionnel change tout et, si cela avait constitué notre « second argument », nous aurions écrit « est » au lieu de « serait » et nous n'aurions pas mis la phrase entre parenthèses. C'est donc une mauvaise interprétation qui a provoqué la phrase suivante : « J'espère que vos comprenez maintenant que ce n'est ni Stauffer et al., ni moi, mais que ce sont les règles du Code qui ont décidé que Maylandia était un nomen nudum et donc invalide. »
La mauvaise foi est peut-être plus évidente avec l'autre assertion : « L'un de leurs arguments affirme que le(s) caractère(s) qui différencie (sic) Maylandia est que Maylandia possède des barres verticales ». Cette phrase est inventée de toutes pièces. Nous nous étions bornés à citer la denture et le patron de coloration comme étant les caractères utilisés par Meyer & Foerster (1984) pour différencier l'espèce-type de Maylandia de l'espèce type du sous-genre nominotypical.

(7) « Au départ le problème de Maylandia n'a pas été remarqué, probablement parce que le nom lui-même fut assez rarement utilisé, de sorte que sa description n'attira que faiblement l'attention ». Commentaire : la technique est parfaitement au point. On décide qu'il y a un problème et qu'il n'a pas été remarqué. Konings ignore manifestement comment fonctionne la recherche, où la connaissance d'un fait nouveau est répertoriée par l'ensemble des spécialistes et soumise au filtre de leurs critiques. Cela commence par 1e referee (l'arbitre) qui n'autorise une publication que si elle est conforme aux règles générales de la discipline et aux règles particulières de la revue. Malgré ses défauts (entre autres le copinage), cette méthode garantit une certaine rigueur scientifique. Dans le cas présent, l'arbitre était Miss Trewavas, et on ne pouvait trouver (rêver) d'expert plus qualifié. Si elle avait eu le moindre doute, cette spécialiste des mbunas aurait suggéré les modifications nécessaires pour que l'article soit conforme au Code (la nécessité de ce sous-genre étant un problème indépendant, d'ordre systématique, sous la responsabilité des auteurs). Après la publication, le taxon a bien sûr été remarqué, puisque accepté comme valide dans le Catalog of Fishes de Eschmeyer, l'ouvrage de référence des ichtyologues, puis dans le CLOFFA, l'ouvrage de référence des ichtyologues africanistes, comme synonyme de Pseudotropheus, donc un nom disponible et non pas "nu". Là encore, ces deux références sont insurpassables. Que le nom n'ait eu que peu de succès auprès des amateurs cichlidophiles n'est d'aucun intérêt nomenclatorial.

Pour résumer, cette série d'arguments incohérents ou, au mieux, d'interprétations biaisées du Code, ne parvient pas à démontrer la non-disponibilité de Maylandia Meyer & Foerster, 1984, un sous-genre de Cichlidés Mbuna du Lac Malawi dont l'espèce-type, par désignation originelle, est Pseudotropheus greshakei Meyer & Foerster, 1984, dont la description extrêmement détaillée précède immédiatement la création du nouveau sous-genre. Le nom satisfait aux conditions de l'article 11 du Code, publié après 1930 (mais avant 1985), appliquant les principes de la Nomenclature binominale, latinisé et traité comme un substantif au nominatif singulier, et aux conditions de l'article 15 en étant accompagné de la fixation précise d'une espèce-type sous une forme non anonyme et non conditionnelle, et d'un énoncé exposant les caractères du taxon, qui « diffère en plusieurs points de l'espèce-type de Pseudotropheus, P. williamsi. Chez cette espèce les dents des mâchoires sont disposées régulièrement en bandes incurvées, les dents internes sont tricuspides, les dents pharyngiennes peu serrées et relativement grosses, et le patron mélanique du corps consiste en rangées longitudinales de taches ou de lignes brisées, au lieu de barres verticales. Quelques autres espèces de Pseudotropheus s.lat. ressemblent à P. greshakei et diffèrent de P.williamsi par les rangées internes de dents moins régulières et, au moins chez le5 adultes, comprenant beaucoup d'unicuspides les dents pharyngiennes fines et très serrées postérieurement et le patron mélanique du corps formant des barres verticales plus ou moins voyantes... »(la phrase contredisant Konings qui affirme « il n'y a aucune phrase qui expose textuellement la différence entre Maylandia et le sous-genre Pseudotropheus", est soulignée par moi).
Cette description obéit aux exigences du Code et énumère les caractères discriminants des espèces-types du sous-genre nominotypical Pseudotropheus et du nouveau sous-genre Maylandia, dans cet ordre. Elle est parfaitement claire pour un francophone (rappelons que le Code est édité en français et en anglais), même connaissant approximativement notre langue, à condition que le Code lui soit relativement familier, et qu'il sache par exemple qu'un taxon du groupe-genre n'est « objectivement défini que par référence à son espèce-type » (article 42 b, 2e édition). Les deux sous-genres sont bien nommément désignés et bien décrits, et il n'y a aucune équivoque dans leurs différences; mais il faut un petit instant de réflexion pour se rappeler qui est qui, notamment en raison du terme "ressemblent" (à P.greshakei) qu’il aurait peut-être mieux valu traduire par "affines". De toute façon, il ne faut pas oublier que greshakei est désigné comme espèce-type et qu'il vient d'être décrit en détails comme espèce nouvelle : il n'y a donc d'ambiguïté que pour qui est de mauvaise foi .
J'aimerais terminer par quelques mots sur la notion d'expertise qui, dans les milieux aquariophiles, alimente les discussions. Quelques amateurs à l'ego particulièrement développé s'imaginent en toute bonne foi pouvoir remplacer des professionnels dont ils mettent souvent en doute la compétence (d'autant que le nombre de ces professionnels s'amenuise faute de crédits et, peut-être, d'intérêt pour une recherche dite « dépassée », et qu'il faudra bien les remplacer par des amateurs vu le nombre d'espèces nouvelles à décrire). Konings avance « qu'un bon ichtyologue n'est pas automatiquement un bon nomenclateur ». En réalité, de nos jours, la science (ici la systématique zoologique) et la technique (ici la nomenclature zoologique) sont liées et, bon ou mauvais, un chercheur en ichtyologie systématique est à la fois un systématicien qui s’intéresse à la phylogénie du groupe qu'il étudie, un taxonomiste qui classe les genres et les espèces et un nomenclateur qui doit connaître le Code et s'y référer à la moindre occasion. J'ai d'ailleurs peine à concevoir E. Trewavas, la référence mondiale en cichlidés africains avec Poll et Greenwood (tous trois non remplacés dans ce rôle à ce jour); le Directeur de la RFA B. Condé, fondateur de ce que furent un temps le plus bel aquarium public européen et la revue scientifique parmi les plus luxueuses du monde, ancien Président de la Société zoologique de France et de la Fédération des Aquariophiles de France; W.N. Eschmeyer, l'initiateur de la plus importante base de données sur les Poissons et curateur d'une des plus importantes collections ichtyologigues à la Calacad; et les ëditeurs du CLOFFA 4 consacré aux cichlidés, J. Daget, J.-P. Gosse, G.G. Teugels et D.F,E. Thys van den Audenaerde, comme des scientifiques de niveau médiocre, eux qui sont unanimement considérés comme figurant parmi les meilleurs de leur temps. Konings ironise aussi sur qui décide si un nom est valide, et répond lui-même avec pertinence : « les règles du code ». Encore faudrait-il ne pas les inventer, et ne pas envisager un problème scientifique tel qu'il s'en pose tous les jours aux zoologistes, comme une affaire personnelle (« Meyer & Foerster ont gâché leur publication et nous leur accordons une faveur en essayant de sauver le nom qu'ils ont proposé »). De tels propos (d'autant que la prétendue faveur en forme de sauvetage consiste à enfoncer sous l'eau la tête de la victime !) relèvent d'un comportement qui pourrait passer pour certains comme arrogant et présomptueux. C'est un domaine où la Science n'a heureusement rien à faire. D'autant que les amateurs n'ont pas besoin d'un nom de sous-genre, une catégorie démodée en raison du succès du cladisme, et disposent du nom pratique de « complexe zebra » défini par Stauffer & al. (1997).

REFERENCES

CONDE, B. & J.GERY. 1999. Maylandia Meyer et Foerster, 1984,un nom générique disponible (Teleostei, Perciformes, Cichlidae). Revue française d’Aquariologie, 26 (1999), 1-2 :21-22
KONINGS, A, Maylandia ou Metriaclima…encore. Revue Française des Cichlidophiles N°250, juin 2005 : 7-13
MEYER, M.F. & FOERSTER, 1984, Un nouveau Pseudotropheus du lac Malawi avec des remarques sur le complexe Pseudotropheus-Melanochromis (Pisces, Perciformes,Cichlidae). Revue française d’Aquariologie, 10 (1983) 4, 20 mars 1984 : 107-112

Sauffer, J.R. Jr, N.J..BOWERS, K.A.KELLOGG & K.R.McKAYE, 1997. A revision of the blue-black "Pseudotropheus zebra" (Teleostei : Cichlidae) complex from Lake Malawi, Africa, with a description of a new genus and ten new species. Proceedings of the Acadamy of the Natural Sciences of Philadelohia. 31 octobre., Vol. 188 : 189-230
"Faites le bien, par petits bouts,là ou vous êtes;
Car ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde"
Desmond Tutu
Avatar de l’utilisateur
lionel
 
Messages: 8800
Images: 157
Inscription: Lun 23 Mai 2011 18:54

Mes bacs:
Malawi 450lL
Localisation: 69360 Ternay

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede papapayou » Ven 11 Nov 2011 11:27

Did35 a écrit:Il nous faudrait un taxi(o)nomiste pour éclaircir cela. :mrgreen:

Pas la peine, on a Lionel. :bravo: :bravo: :bravo:
Les choses sont claires même si, je dois l'avouer, j'ai parfois perdu pied.
Avatar de l’utilisateur
papapayou
 
Messages: 5184
Images: 222
Inscription: Lun 6 Juin 2011 15:12

Mes bacs:
Malawi 720 L
Malawi 525 L
Malawi 780 L
Localisation: SAINT BOHAIRE - 41330

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Did35 » Sam 12 Nov 2011 00:45

Super!

Merci je dormirais moins bête :clap:
Avatar de l’utilisateur
Did35
Admin
 
Messages: 3575
Images: 89
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:52

Mes bacs:
Malawi Fishroom -19000lL
Localisation: Thorigne-Fouillard 35235

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Ven 27 Jan 2012 11:59

le male sauvage commence a trouver le bon rendement et les femelles commence a incubais d'ailleur les femelles a l'honneur

Image

Image

Image

Image

et le male MC que j'ai du enlever car plus gros que le male sauvage :roll:

Image
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Did35 » Ven 27 Jan 2012 19:10

Petite photo d'une petite femelle O que j'ai trouvé à la bourse du Mans (un copain à CyCy je crois mais pas sûr).

Image
Avatar de l’utilisateur
Did35
Admin
 
Messages: 3575
Images: 89
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:52

Mes bacs:
Malawi Fishroom -19000lL
Localisation: Thorigne-Fouillard 35235

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Jeu 23 Fév 2012 17:42

le male sauvage domine le 600l enfin

Image

Image

Image

Image
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede lionel » Jeu 23 Fév 2012 18:04

Du coup il est en 1/10 si tu as enlevé le MC ?
"Faites le bien, par petits bouts,là ou vous êtes;
Car ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde"
Desmond Tutu
Avatar de l’utilisateur
lionel
 
Messages: 8800
Images: 157
Inscription: Lun 23 Mai 2011 18:54

Mes bacs:
Malawi 450lL
Localisation: 69360 Ternay

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Jeu 23 Fév 2012 18:07

lionel a écrit:Du coup il est en 1/10 si tu as enlevé le MC ?



ouiu 1/11 meme mais il faut que je reffasse toute mes pop de bacs sur le forum parce que j'ai mit en eau un 600 un 650 et un 720 dans la cave du beau pere et toute les pop on changer :mrgreen:
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede lionel » Jeu 23 Fév 2012 18:15

lol
tain, tu fais une fishroom alors ,non ?
"Faites le bien, par petits bouts,là ou vous êtes;
Car ce sont tous ces petits bouts de bien, une fois assemblés, qui transforment le monde"
Desmond Tutu
Avatar de l’utilisateur
lionel
 
Messages: 8800
Images: 157
Inscription: Lun 23 Mai 2011 18:54

Mes bacs:
Malawi 450lL
Localisation: 69360 Ternay

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Jeu 23 Fév 2012 18:19

lionel a écrit:lol
tain, tu fais une fishroom alors ,non ?



oui vite fait j'ai mit trois gros bac dans la cave du beau pere :youpi:

mais le 720 etauis en eau mais pas les autres .

jai changer le 650 l de 150 de facade par un 200 et j'ai remonter le 650 de ma chambre
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede phil34 » Mer 29 Fév 2012 20:44

femelle ob f1

Image

male MC

Image


male sauvage

Image

Image


Image

Image

Image
phil34
 
Messages: 619
Inscription: Jeu 28 Juil 2011 13:19

Mes bacs:
Malawi 720L
Malawi 1300L
Malawi 650L L
Malawi 450 LL
Malawi 550L
Malawi 360 L L
Malawi 600L
Malawi 360 L L
Malawi 360L
Malawi 400L
Localisation: baillargues 34670

Re: Maylandia estherae Minos Reef

Messagede Did35 » Dim 15 Avr 2012 20:21

Image

Mon mâle MC.
Avatar de l’utilisateur
Did35
Admin
 
Messages: 3575
Images: 89
Inscription: Mar 27 Sep 2011 22:52

Mes bacs:
Malawi Fishroom -19000lL
Localisation: Thorigne-Fouillard 35235

Suivante

Retourner vers Fiches mbunas et Haplos

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités